Affichage des articles marqués Madagascar

    Vous trouverez d’une part les liens vers les actualités malgaches et d’autre part les liens vers les sites ou les pages Facebook de nos partenaires dans la rubrique « liens » tout à droite dans le bandeau de notre page d’accueil.

    Depuis 2 ans déjà EAT participe au financement de projets d’accès à l’eau potable (AEP) pour les villages et hameaux de la commune de Sadabe en complément de l’association Carrousel d’Initiatives (basée à Toulouse et représentée par Danielle Olgiati).
    En 2019 EAT, Carrousel et Pafdes s’associent pour soutenir un projet de grande envergure : en 3 ans amener l’eau vers 4 réservoirs pour 4 villages, desservant 25 bornes fontaines au profit de 1300 habitants.
    Ce projet est suffisamment important pour être susceptible d’être subventionné par la Région Occitanie et l’Agence de l’eau Adour-Garonne.
    Les dossiers montés par Danielle Olgiati, Ma et Rabe ( respectivement vice président et président de l’association malgache AIDERA qui fait les études de faisabilité et supervise les travaux sur place) ont été déposés et bien accueillis : ont été notés le sérieux de l’étude technique, la participation des villageois aux travaux et à l’entretien des réseaux, la réalisation de projets antérieurs ( AIDERA a déjà 13 réalisations à son actif de 2008 à 2018), le cofinancement et la pérennité du soutien apporté par les associations …
    Ce projet 2019-2020-2021 a la particularité de concerner aussi cette fois des villages hors de la commune de Sadabe, plus proches d’Antananarivo.
    Ce projet intègre aussi des aspects annexes à l’accès à l’eau potable : il met l’accent sur l’éducation sanitaire des utilisateurs et la protection de la ressource (apprentissage à l’école du lavage des mains, non gaspillage de l’eau aux bornes fontaines, plantations près des captages pour empêcher l’évaporation et la pollution par les animaux, construction de latrines pour éviter la pollution de l’eau).

    Deux représentantes de l’association Padfes ont contacté EAT: en octobre elles partaient à Madagascar, avaient prévu de séjourner à Akany Avoko et voulaient en savoir plus sur nos actions sur place. Nous les avons mises en contact avec Ma. Elles ont passé une semaine avec elle. Elles ont visité Ankerana, vu les travaux réalisés par Amahoro et EAT. A leur retour leur association a décidé de prendre en charge la réfection de l’école d’Ankerana, dont les murs montés en briques de mauvaise qualité, se fissuraient et l’achat de portes et fenêtres pour l’école d’Ambodirano (hameau d’Ankerana).

    Elles sont aussi allées visiter Vohitrarivo (hameau central du village de Andranomalaza, commune de Sadabe). Ce village ne bénéficie pas de l’accès à l’eau potable. Non seulement l’eau n’est pas potable mais elle est rare, elle est utilisée en priorité pour la cuisine ce qui fait que les vêtements sont peu lavés et l’hygiène sommaire… A leur retour leur association a décidé de travailler avec EAT et Carrousel d’Initiatives Solidaires pour tenter d’accélérer la réalisation des projets d’accès à l’eau potable, chaque association apportant ses compétences et ses réseaux. Une convention a été signée entre les 3 associations et AIDERA, l’association malgache qui fait les études et supervise les travaux sur place ( Ma en est la vice présidente et coordinatrice). Cette convention lie les associations pour 3 ans pour un projet qui devient susceptible d’être subventionné.

    EAT a été sollicitée, par l’intermédiaire de Ma, par les villageois d’ Ankerana pour le financement d’un pont-barrage.
    Cette retenue d’eau bénéficiera à 50 familles. Elle permettra d’augmenter les surfaces cultivables de 5 hectares, d’améliorer les rendements, de mettre en place des cultures de contre saison et d’alléger la période de soudure (quand la récolte de riz est épuisée et que la nouvelle récolte n’est pas encore faite).
    Comme pour tous les projets à Ankerana, un comité de surveillance est créé sous la responsabilité de Norbert le président du village et les villageois participeront à hauteur d’environ 20 % (sable, gravillons et main d’œuvre).
    Un tel type de pont –barrage existe déjà dans la région (cf photo) et a une durée de vie prévisionnelle de 50 ans.
    Les travaux commenceront fin mai.

    modèle de pont -barrage

    Plusieurs évènements importants ont perturbé cette année scolaire 2017-2018.

    Comme dans tout le pays, suite à la grève des enseignants et des établissements publics, les dates des examens ont été reportés au 14 août pour le CEPE, au 2 à 5 septembre pour le brevet et à fin septembre pour le Bac. Les jeunes et l’équipe encadrante n’ont donc pas pu partir pour quelques jours de détente à Foulpointe et la rentrée scolaire est repoussée au 19 novembre.

    D’autre part en cours d’année le Pasteur de la paroisse FJKM d’Analamahitsy a annoncé son souhait que la paroisse reprenne la gestion de la petite école (activités et gestion financière). La petite école est dans les locaux de la paroisse mais jusqu’à ce jour gérée par Ma et Arline sous le contrôle du Professeur G.Auguste Ramahandridona (à l’origine de cette école destinée aux enfants défavorisés du quartier et référent de tous les donateurs).
    Le Professeur G.A.R, Ma , Arline et les donateurs dont EAT ne souhaitent pas que le budget de la petite école soit intégré au budget de la paroisse et que nos référents n’aient plus de moyens de contrôle. Un projet d’extension des bâtiments au terrain a été chiffré et EAT finance les travaux. Une réunion a eu lieu cette semaine avec les membres du bureau de la Paroisse. La création d’un centre social laïc situé au terrain a été annoncée. Les travaux avancent bien. A la rentrée scolaire les parents auront le choix entre l’école financée et animée par la paroisse et le centre social financé par les donateurs et animé par Ma et Arline.

    27 août


    6 septembre


    21 septembre


    23 septembre

    Le centre Akany Avoko à Ambohidratrimo (AAA)est destiné aux filles mais quand elles arrivent avec des frères le centre accueille toute la fratrie et les garçons grandissent au centre.
    Lorsque ces enfants ont grandi ça devient compliqué pour le centre de gérer des jeunes filles et des jeunes garçons en un même lieu. C’est pourquoi Akany Avoko a décidé d’ouvrir un centre annexe, c’est le centre Bevalala (AAB) pour les garçons en danger ou orphelins.
    Ce centre accueille 21 garçons. Après les aménagements des dortoirs, il pourra accueillir jusqu’à 50 enfants.
    Les écoles sont proches du centre. Il y a aussi une université dans les environs. Ils pratiquent différentes sortes de sport pour l’éducation physique.
    Comme à Ambohidratrimo il y a un projet d’autosuffisance à Bevalala.
    « Travaux effectués :
    * Tous les murs, à l’intérieur, ont été peints, les portes et les fenêtres ont été renouvelées.
    *Le parquet a été remplacé.
    *Les salles de bain et les toilettes ont été aménagées.
    *La cuisine et la salle à manger ont été totalement renouvelées.
    *Grâce au conteneur venant d’Espagne « Asso Futuro Con Sonrisas », les garçons ont pu recevoir des draps et couvertures, des rideaux, des ustensiles de cuisine, des vêtements, des bicyclettes…
    *L’Association « Les Enfants Avant Tout » a offert de nouveaux lits super posées.
    *La Société Vitafoam a offert des nouveaux matelas en bonne qualité.
    *Le toit est recouvert de panneaux solaires, la dépense en électricité est à Zéro ariary.
    *Le puits a été nettoyé, ils ont eu deux citernes de 2,5m2, de la part de la Société Vitafoam, pour recueillir l’eau de pluie. La dépense en eau est aussi à Zéro ariary.
    *La citerne à BIOGAZ a été installée par le Ministère de l’Energie afin d’obtenir du GAZ METHANE pour la production de l’électricité et du gaz à partir du fumier. L’étable est déjà prête et on transférera une vache laitière de AAA à AAB.
    *Les garçons plantent des légumes.
    *Ils élèvent aussi des poules fermières.
    *Ils fabriquent et utilisent des charbons écologiques. L’utilisation du bois a beaucoup régressé.
    *AAB a reçu un fond de l’Ambassade de France afin d’acheter d’autres panneaux solaires. L’électricité sera vendue aux environs pour une source financière durable. On a enquêté aux alentours pour connaître le nombre de familles qui n’ont pas accès à l’électricité. La collaboration avec le Fokontany et la Commune est bonne »