Affichage des articles marqués aide à la scolarisation

    Deux représentantes de l’association Padfes ont contacté EAT: en octobre elles partaient à Madagascar, avaient prévu de séjourner à Akany Avoko et voulaient en savoir plus sur nos actions sur place. Nous les avons mises en contact avec Ma. Elles ont passé une semaine avec elle. Elles ont visité Ankerana, vu les travaux réalisés par Amahoro et EAT. A leur retour leur association a décidé de prendre en charge la réfection de l’école d’Ankerana, dont les murs montés en briques de mauvaise qualité, se fissuraient et l’achat de portes et fenêtres pour l’école d’Ambodirano (hameau d’Ankerana).

    Elles sont aussi allées visiter Vohitrarivo (hameau central du village de Andranomalaza, commune de Sadabe). Ce village ne bénéficie pas de l’accès à l’eau potable. Non seulement l’eau n’est pas potable mais elle est rare, elle est utilisée en priorité pour la cuisine ce qui fait que les vêtements sont peu lavés et l’hygiène sommaire… A leur retour leur association a décidé de travailler avec EAT et Carrousel d’Initiatives Solidaires pour tenter d’accélérer la réalisation des projets d’accès à l’eau potable, chaque association apportant ses compétences et ses réseaux. Une convention a été signée entre les 3 associations et AIDERA, l’association malgache qui fait les études et supervise les travaux sur place ( Ma en est la vice présidente et coordinatrice). Cette convention lie les associations pour 3 ans pour un projet qui devient susceptible d’être subventionné.

    Plusieurs évènements importants ont perturbé cette année scolaire 2017-2018.

    Comme dans tout le pays, suite à la grève des enseignants et des établissements publics, les dates des examens ont été reportés au 14 août pour le CEPE, au 2 à 5 septembre pour le brevet et à fin septembre pour le Bac. Les jeunes et l’équipe encadrante n’ont donc pas pu partir pour quelques jours de détente à Foulpointe et la rentrée scolaire est repoussée au 19 novembre.

    D’autre part en cours d’année le Pasteur de la paroisse FJKM d’Analamahitsy a annoncé son souhait que la paroisse reprenne la gestion de la petite école (activités et gestion financière). La petite école est dans les locaux de la paroisse mais jusqu’à ce jour gérée par Ma et Arline sous le contrôle du Professeur G.Auguste Ramahandridona (à l’origine de cette école destinée aux enfants défavorisés du quartier et référent de tous les donateurs).
    Le Professeur G.A.R, Ma , Arline et les donateurs dont EAT ne souhaitent pas que le budget de la petite école soit intégré au budget de la paroisse et que nos référents n’aient plus de moyens de contrôle. Un projet d’extension des bâtiments au terrain a été chiffré et EAT finance les travaux. Une réunion a eu lieu cette semaine avec les membres du bureau de la Paroisse. La création d’un centre social laïc situé au terrain a été annoncée. Les travaux avancent bien. A la rentrée scolaire les parents auront le choix entre l’école financée et animée par la paroisse et le centre social financé par les donateurs et animé par Ma et Arline.

    27 août


    6 septembre


    21 septembre


    23 septembre

    Christian et Jacqueline sont allés à Madagascar à titre privé , ils ont logé à Akany Avoko et nous ont rapporté des nouvelles. Sous la houlette de Mme Lalasoa le centre continue à améliorer son autofinancement (faire des économies et/ou générer des petits profits grâce au recyclage). La fabrication de boulettes de combustible a pris de l’importance. Le centre en utilise 40 par jour pour la cuisine et en vend 1000 par semaine. Les jeunes filles qui apprennent la couture fabriquent des poufs dont la structure est faite de bouteilles vides d’eau minérale et leur vente finance de l’écolage. Les jeunes sont associés à ces activités ce qui permet à certains d’apprendre un métier et à tous d’être sensibilisés à la protection de l’environnement et de leur lieu de vie. Pour diminuer la facture d’eau chaque bâtiment est équipé d’une petite citerne et pour avoir de l’eau pendant la saison sèche 3 grosses citernes de 1500 m3 sont en construction. Elles permettront de stocker l’eau collectée sur le toit du grand hangar prévu à côté, dont le toit devrait être équipé de panneaux solaires. Le centre reçoit beaucoup d’aides ponctuelles ( associations malgaches ou étrangères, ambassades….) mais reste précaire puisque non subventionné par l’état malgache qui pourtant reconnait leur compétence éducative et y place les enfants. L’aide régulière et pérenne versée par EAT pour l’achat du riz quotidien garde tout son sens.

    les petites citernes


    aide à la cuisine

    les grosses citernes


    Les boulettes de combustible

    Ma nous a envoyé les résultats scolaires 2016/2017:

    En primaire le taux de réussite aux examens de passage est de 88 % et le taux de réussite au CEPE est de 90%. poursuivre la lecture…

    Les livres ont été remis au directeur de l’école et au président du village.

    Ils s’étaient déplacés jusqu’à la commune de Sadabe à la rencontre de Ma partie voir sur place des villages au nord proposables pour les projets d’accès à l’eau potable.

    Merci à Philippe qui s’est chargé du transport vers tana ( les livres c’est lourd!)

    Les enfants adoptés tardent à bien décoder les émotions des autres
    …Mais nous pouvons les aider à faire mieux.

    Tarullo, A. R., A. Youssef, et al. (2016). Emotion understanding, parent mental state language, and behavior problems in internationally adopted children. » Development and Psychopathology 28(2): 371-383.

    Résultats intéressants dans cette étude bostonienne réalisée dans un département de psychologie et des sciences du cerveau avec quelques enfants adoptés à l’international avant l’âge de 18 mois.

    Le fait de pouvoir forger l’état d’esprit des enfants sur les émotions à 3 ans, avec l’aide de photographies, de visages en tissus, de figurines ou de marionnettes est directement relié à leur capacité de pouvoir deviner les émotions des autres vers l’âge de 5 ans et demi, à la maternelle par exemple.

    Autrement dit, ce dont on se doutait, fonctionne dans la réalité.

    Un parent adoptif qui poursuivre la lecture…