Affichage des articles marqués centre d’accueil

    Après 3 mois de confinement et 3 mois de dé confinement progressif, les jeunes du centre laïc ont passé leurs examens.
    Les 6 candidats au CEPE sont reçus.
    Sur les 6 candidats au BEPC 5 sont reçus.
    Le centre a présenté une seule candidate au bac et nous n’avons pas encore les résultats.

    Pour la rentrée 2020-2021 le centre va soutenir 48 jeunes ( 24 primaires et 24 secondaires). Cette rentrée scolaire est fixée au 26 octobre.

    Pendant le confinement le centre a fourni aux familles des jeunes 660 kg de riz, 26 kg de légumineuses 2280 œufs , 95 litres d’huile, 177 barres de savon.

    La fin de l’hiver arrive.
    Le nombre de contaminés diminue de jour en jour.
    Les enfants et les jeunes se préparent aux divers examens officiels: CEPE, Brevet, Bac et examens de passage pour les classes intermédiaires.
    Pendant les 5 mois de confinement Ma et son équipe ont continué leur distribution de vivres 2 fois par mois (riz , légumineuses, œufs , huile alimentaire, savon ) auprès des 20 familles dont les enfants sont pris en charge (alimentation et scolarité ) par le Centre.
    Avec les 75 € reliquat de la construction du barrage (reportés mais non utilisés pour la construction des aqueducs à Ankerana) Ma a acheté un thermomètre frontal pour sécuriser encore plus la distribution de vivres.

    Le centre Akany Avoko à Ambohidratrimo (AAA)est destiné aux filles mais quand elles arrivent avec des frères le centre accueille toute la fratrie et les garçons grandissent au centre.
    Lorsque ces enfants ont grandi ça devient compliqué pour le centre de gérer des jeunes filles et des jeunes garçons en un même lieu. C’est pourquoi Akany Avoko a décidé d’ouvrir un centre annexe, c’est le centre Bevalala (AAB) pour les garçons en danger ou orphelins.
    Ce centre accueille 21 garçons. Après les aménagements des dortoirs, il pourra accueillir jusqu’à 50 enfants.
    Les écoles sont proches du centre. Il y a aussi une université dans les environs. Ils pratiquent différentes sortes de sport pour l’éducation physique.
    Comme à Ambohidratrimo il y a un projet d’autosuffisance à Bevalala.
    « Travaux effectués :
    * Tous les murs, à l’intérieur, ont été peints, les portes et les fenêtres ont été renouvelées.
    *Le parquet a été remplacé.
    *Les salles de bain et les toilettes ont été aménagées.
    *La cuisine et la salle à manger ont été totalement renouvelées.
    *Grâce au conteneur venant d’Espagne « Asso Futuro Con Sonrisas », les garçons ont pu recevoir des draps et couvertures, des rideaux, des ustensiles de cuisine, des vêtements, des bicyclettes…
    *L’Association « Les Enfants Avant Tout » a offert de nouveaux lits super posées.
    *La Société Vitafoam a offert des nouveaux matelas en bonne qualité.
    *Le toit est recouvert de panneaux solaires, la dépense en électricité est à Zéro ariary.
    *Le puits a été nettoyé, ils ont eu deux citernes de 2,5m2, de la part de la Société Vitafoam, pour recueillir l’eau de pluie. La dépense en eau est aussi à Zéro ariary.
    *La citerne à BIOGAZ a été installée par le Ministère de l’Energie afin d’obtenir du GAZ METHANE pour la production de l’électricité et du gaz à partir du fumier. L’étable est déjà prête et on transférera une vache laitière de AAA à AAB.
    *Les garçons plantent des légumes.
    *Ils élèvent aussi des poules fermières.
    *Ils fabriquent et utilisent des charbons écologiques. L’utilisation du bois a beaucoup régressé.
    *AAB a reçu un fond de l’Ambassade de France afin d’acheter d’autres panneaux solaires. L’électricité sera vendue aux environs pour une source financière durable. On a enquêté aux alentours pour connaître le nombre de familles qui n’ont pas accès à l’électricité. La collaboration avec le Fokontany et la Commune est bonne »

    La directrice Mme Lalasoa avait pour projet de refaire les peintures du centre. Le conseil d’administration a approuvé le financement d’une partie des travaux et voilà: 2 bâtiments ont été repeints. le travail a été fait avec soin et cela redonne un air de gaîté au centre!

    Mme lalasoa (Nina) pose devant les 2 bâtiments repeints

    Sur cette photo on voit bien les petites citernes jaunes au pied de chaque bâtiment pour récupérer l’eau de pluie ( et économiser sur la facture d’eau)
    Et toujours les salades et les haricots qui poussent en sacs

    Christian et Jacqueline sont allés à Madagascar à titre privé , ils ont logé à Akany Avoko et nous ont rapporté des nouvelles. Sous la houlette de Mme Lalasoa le centre continue à améliorer son autofinancement (faire des économies et/ou générer des petits profits grâce au recyclage). La fabrication de boulettes de combustible a pris de l’importance. Le centre en utilise 40 par jour pour la cuisine et en vend 1000 par semaine. Les jeunes filles qui apprennent la couture fabriquent des poufs dont la structure est faite de bouteilles vides d’eau minérale et leur vente finance de l’écolage. Les jeunes sont associés à ces activités ce qui permet à certains d’apprendre un métier et à tous d’être sensibilisés à la protection de l’environnement et de leur lieu de vie. Pour diminuer la facture d’eau chaque bâtiment est équipé d’une petite citerne et pour avoir de l’eau pendant la saison sèche 3 grosses citernes de 1500 m3 sont en construction. Elles permettront de stocker l’eau collectée sur le toit du grand hangar prévu à côté, dont le toit devrait être équipé de panneaux solaires. Le centre reçoit beaucoup d’aides ponctuelles ( associations malgaches ou étrangères, ambassades….) mais reste précaire puisque non subventionné par l’état malgache qui pourtant reconnait leur compétence éducative et y place les enfants. L’aide régulière et pérenne versée par EAT pour l’achat du riz quotidien garde tout son sens.

    les petites citernes


    aide à la cuisine

    les grosses citernes


    Les boulettes de combustible

    Mme Lalasoa ( Nina) , directrice d’Akany Avoko Ambohidratrimo, vient de nous faire parvenir un rapport 2017.

    Celui ci retrace l’histoire du centre, son évolution récente ( transformation du centre de rééducation en alternative à la prison  en un centre pour enfants en danger), ses objectifs ( l’autonomie des jeunes et leur protection) et ses réalisations concrètes. Vous serez étonnés de leur créativité et de leur niveau de respect des personnes et  de l’environnement !

    Rapport intégral:

    En 1959, Antananarivo connut de sévères inondations et la communauté dut faire face à de graves problèmes sociaux. De nombreux délits tels que des vols furent commis. Les prisons étaient bondées. On y trouvait même des enfants mineurs.
    Une aide internationale fut mise en place pour faire face aux inondations avec pour responsables Sophie Van Welley des Pays-Bas et Elisabeth Dolder de la Suisse. Elles visitèrent certaines prisons et y découvrirent des mineurs emprisonnés. Elles souhaitèrent trouver une solution poursuivre la lecture…