Affichage des articles marqués aide au développement

    En raison de l’insécurité les tournois de foot contre les autres villages ou les villages d’autres communes sont moins fréquents. En effet lors des vols de zébus tous les hommes de plus de 18 ans sont réquisitionnés pour partir à leur recherche (de 4 jours à 1 semaine). Une surveillance est mise en place dans les villages et s’éloigner devient risqué.
    Malgré tout, grâce aux recettes générées, les villageois ont réussi à équiper de douche et toilette la salle communautaire.
    La construction de la retenue/barrage et d’un aqueduc a permis d’irriguer plus de parcelles et de faire des cultures de contre saison. En 2020 EAT a prévu de financer 2 aqueducs supplémentaires . La difficulté que rencontrent les villageois est que du fait de l’isolement du village ils ne peuvent pas vendre leurs oignons en direct. Ils doivent passer par des collecteurs et les prix sont en forte baisse…

    Les travaux de cette retenue d’eau ont été commencés par les villageois avant même la réception de l’argent pour payer les matériaux. Dès le mois de mai ils ont commencé à creuser le canal, il faut dire qu’il fait 100 m de long. L’inauguration le 28 août a donné lieu à un repas collectif, danses et discours. Mr Rabe ex-secrétaire général de la commune de Sadabe et président de Aidera l’association qui gère les projets d’adduction d’eau) a déclaré que c’était l’unique barrage de la commune ! Lydie et Fabienne (association Pafdes qui a rénové les 2 écoles) étaient présentes et nous ont rapporté une bannière de remerciement qui pourra orner nos stands d’artisanat. Cette retenue d’eau bénéficie aux villageois d’Ankerana pour l’irrigation des terrains comme prévu mais aussi aux enfants qui peuvent maintenant traverser en sécurité la rivière même à la saison des pluies pour aller à l’école. Elle bénéficie aussi aux habitants des 3 villages voisins. En même temps que le pont/barrage, un aqueduc a été construit pour amener l’eau jusqu’aux rizières.

    Le dossier de demande de subvention concernant les projets d’adduction d’eau pour les 3 années à venir, monté par Danielle Olgiatti (association Caroussel d’Initiatives) et les membres de Aidera (l’association malgache qui assure l’étude de faisabilité et le suivi sur place : président Mr Rabe et vice-présidente Ma) a reçu l’accord de la région Occitanie et est en cours d’étude à l’agence de l’eau Adour Garonne. Le financement d’un audit préalable des 13 installations faites en 10 ans a été approuvé. Le 19 septembre Ma, Danielle et des représentants du GRET (ONG mandatée par la région Occitanie) sont allés auditer la première réalisation qui se trouve être l’adduction à Ankerana. Cela a permis d’établir un questionnaire d’évaluation et par la suite Ma et Danielle se sont chargées de l’audit des 12 autres installations !

    Depuis 2 ans déjà EAT participe au financement de projets d’accès à l’eau potable (AEP) pour les villages et hameaux de la commune de Sadabe en complément de l’association Carrousel d’Initiatives (basée à Toulouse et représentée par Danielle Olgiati).
    En 2019 EAT, Carrousel et Pafdes s’associent pour soutenir un projet de grande envergure : en 3 ans amener l’eau vers 4 réservoirs pour 4 villages, desservant 25 bornes fontaines au profit de 1300 habitants.
    Ce projet est suffisamment important pour être susceptible d’être subventionné par la Région Occitanie et l’Agence de l’eau Adour-Garonne.
    Les dossiers montés par Danielle Olgiati, Ma et Rabe ( respectivement vice président et président de l’association malgache AIDERA qui fait les études de faisabilité et supervise les travaux sur place) ont été déposés et bien accueillis : ont été notés le sérieux de l’étude technique, la participation des villageois aux travaux et à l’entretien des réseaux, la réalisation de projets antérieurs ( AIDERA a déjà 13 réalisations à son actif de 2008 à 2018), le cofinancement et la pérennité du soutien apporté par les associations …
    Ce projet 2019-2020-2021 a la particularité de concerner aussi cette fois des villages hors de la commune de Sadabe, plus proches d’Antananarivo.
    Ce projet intègre aussi des aspects annexes à l’accès à l’eau potable : il met l’accent sur l’éducation sanitaire des utilisateurs et la protection de la ressource (apprentissage à l’école du lavage des mains, non gaspillage de l’eau aux bornes fontaines, plantations près des captages pour empêcher l’évaporation et la pollution par les animaux, construction de latrines pour éviter la pollution de l’eau).

    Deux représentantes de l’association Padfes ont contacté EAT: en octobre elles partaient à Madagascar, avaient prévu de séjourner à Akany Avoko et voulaient en savoir plus sur nos actions sur place. Nous les avons mises en contact avec Ma. Elles ont passé une semaine avec elle. Elles ont visité Ankerana, vu les travaux réalisés par Amahoro et EAT. A leur retour leur association a décidé de prendre en charge la réfection de l’école d’Ankerana, dont les murs montés en briques de mauvaise qualité, se fissuraient et l’achat de portes et fenêtres pour l’école d’Ambodirano (hameau d’Ankerana).

    Elles sont aussi allées visiter Vohitrarivo (hameau central du village de Andranomalaza, commune de Sadabe). Ce village ne bénéficie pas de l’accès à l’eau potable. Non seulement l’eau n’est pas potable mais elle est rare, elle est utilisée en priorité pour la cuisine ce qui fait que les vêtements sont peu lavés et l’hygiène sommaire… A leur retour leur association a décidé de travailler avec EAT et Carrousel d’Initiatives Solidaires pour tenter d’accélérer la réalisation des projets d’accès à l’eau potable, chaque association apportant ses compétences et ses réseaux. Une convention a été signée entre les 3 associations et AIDERA, l’association malgache qui fait les études et supervise les travaux sur place ( Ma en est la vice présidente et coordinatrice). Cette convention lie les associations pour 3 ans pour un projet qui devient susceptible d’être subventionné.

    EAT a été sollicitée, par l’intermédiaire de Ma, par les villageois d’ Ankerana pour le financement d’un pont-barrage.
    Cette retenue d’eau bénéficiera à 50 familles. Elle permettra d’augmenter les surfaces cultivables de 5 hectares, d’améliorer les rendements, de mettre en place des cultures de contre saison et d’alléger la période de soudure (quand la récolte de riz est épuisée et que la nouvelle récolte n’est pas encore faite).
    Comme pour tous les projets à Ankerana, un comité de surveillance est créé sous la responsabilité de Norbert le président du village et les villageois participeront à hauteur d’environ 20 % (sable, gravillons et main d’œuvre).
    Un tel type de pont –barrage existe déjà dans la région (cf photo) et a une durée de vie prévisionnelle de 50 ans.
    Les travaux commenceront fin mai.

    modèle de pont -barrage